Août 202018
 

Les fake news de l’été n’auront abordé que les interdictions de fumer en plein air et les mégots … Mais en levant le voile, plusieurs municipalités se sont enfin décidées à engager des opérations « cendriers ».

Et c’est cela qui est intelligent, pertinent, utile. 

Exemple à Cannes où six kilomètres de plage sont interdits au tabac ( y compris la chicha ). Sur les autres plages, la municipalité a distribué gratuitement 25 000 cendriers de poche.

Idem à Sanary (Var) : la municipalité a installé des cendriers aux accès et distribue des cendriers portables.

Re-idem à La Teste-de-Buch (Gironde) où 10 000 cendriers de plage ont été mis à disposition, cet été.

Comme quoi, opération propreté et acharnement anti-fumeurs peuvent être distingués.

Août 192018
 

Dans un numéro du Parisien de la semaine dernière (le 14 août), un toubib (pneumologue à La Pitié- Salpêtrière), Alexandre Duguet, a préconisé l’interdiction de la cigarette sur les terrasses, avec un certain écho médiatique … (on est au mois d’août).

Fort pertinemment, dans les « Grandes Gueules » de RMC, le « GG éducateur » Étienne Liebig s’est enflammé. Pour répliquer.

« Avec de telles lois, nous sommes en train de détruire le peu de relations humaines encore présentes.

« Aujourd’hui, si quelqu’un est gêné par la cigarette, il le dit. Comme un fumeur peut s’empêcher de ne pas fumer à côté d’un petit gamin. Que ce soit sur une terrasse ou partout.

« Demain, si fumer en terrasse est interdit, les gens ne se parleront plus.

« Arrêtons de tout foutre en l’air !  On ne peut pas tout gérer par l’interdiction. Faisons appel à la responsabilité ».

Août 142018
 

La menace se confirme si l’on en croit la une du Parisien / Aujourd’hui en France de ce 14 août. La vague d’interdiction de fumer à l’air libre grossit à vue d’œil, sous l’œil bienveillant du Gouvernement qui annonce ne pas prendre de nouvelles mesures préférant déléguer le « sale boulot » aux municipalités.

Le Parisien recense 973 « Espaces sans Tabac », le label officiel décerné par la Ligue contre le Cancer et reconnu par le ministère de la Santé ; une cinquantaine de plages, des parcs, jardins mais aussi des zones de loisirs, des entrées d’école ou d’hôpitaux.

Mais en même temps, le quotidien nous livre un encadré plutôt cocasse sur le vécu des six parcs parisiens décrétés « provisoirement » sans tabac.

À commencer par Tarik, agent municipal. « Un jardin sans tabac ? C’est quoi ça ? », lance-t-il en prenant une pile de flyers qu’il a pour mission de distribuer dans le parc Georges-Brassens (15e arrondissement). Fraîchement rentré de vacances, il ignore encore que son parc fait partie du test.

Son encadrante, plus au fait, traque depuis le 10 juillet les fumeurs. Si elle admet que ce n’est pas facile à faire accepter à tout le monde, elle assure que les fumeurs éteignent sagement leur cibiche une fois la nouvelle mesure expliquée.

Mais visiblement, c’est plutôt mal compris. Un pâtissier regrette amèrement qu’il n’y ait pas plus d’infrastructures qui permettent aux fumeurs de tirer une taffe sans importuner leurs voisins. « on pourrait mettre en place un coin fumeurs dans le parc, comme à l’Aquaboulevard », propose-t-il. Le complexe aquatique de loisirs est à deux pas. Lire la suite »