Juin 102018
 

Ce n’est pas forcement votre buraliste qui va vous prévenir … Alors, « Nous sommes 13 millions fumeurs adultes et responsables » vous informe.

Certains avaient dû se réjouir de voir le prix de leurs paquets diminuer, en mai. Une joie de courte durée, puisque la hausse est de retour pour très bientôt.

En effet, un arrêté du 7 juin, publié ce samedi au Journal officiel, annonce une augmentation au 2 juillet pour des paquets jusque-là les moins chers.

Les marques qui avaient laissé leurs prix aux alentours des 7,50 euros vont appliquer une hausse comprise entre 10 et 30 centimes d’euros. À titre d’exemple. Les Benson and Hedges Original Red coûteront bientôt 7,80 euros, contre 7,50 auparavant. Les Wilson Connect Blue prendront, elles, 10 centimes pour atteindre 7,70 euros.

Pas de hausse, en revanche, pour Marlboro Red et de Camel Filters, qui resteront respectivement à 8 et 7,90 euros. Tout cela est précisé par un communiqué de l’AFP.

On n’a pas fini d’avoir le tournis avec cette valse des étiquettes … jusqu’au paquet à 10 euros en 2020 !

 Tagged with:
Juin 062018
 

« Je témoigne » répond un lecteur du site « Nous sommes 13 millions de fumeurs adultes et responsables » en commentaire de l’un de nos articles (lien).

« En effet, j’ai arrêté de fumer des cigarettes vendues en France depuis l’arrivée des paquets neutres. Car elles n’ont plus le même goût qu’avant.

« Ça va faire un an et demi que j’ai arrêté. Maintenant je les achète à l’étranger.

« Donc effectivement, j’entre dans les statistiques des fumeurs qui ont arrêté » (sic).

Mai 312018
 

La « Journée mondiale sans tabac » du 31 mai, c’est la récurrente stigmatisation pour les fumeurs. Mais, cette année, en France, ô surprise !

Les fumeurs français sont devenus vertueux. Ils arrêtent. Grâce à une étude (plus exactement un sondage) de l’organisme officiel Santé publique France publiée trois jours avant. Gros titre : un million en moins de fumeurs quotidiens entre 2016 et 2017. Plus de 50 pages de rapport pour nous abreuver de moins 3 points par-ci, de moins 2 points par-là, chez les jeunes, les populations sans diplôme ou au chômage … Tout cela pour vanter le paquet neutre, des augmentations de prix (pas effectives sur la période) et du « Mois sans tabac ». Vivent nous (les institutions) !

•• Mais il y a une faille et une grosse. Cette avalanche de chiffres et de pourcentage ne donne aucun repère précis. Quel est le nombre exact de fumeurs en France ? 12,5 millions ? 13 millions ? 13,5 millions ? Quotidiens ou pas ?

Comme un arbre qui cache la forêt. Cela vaudrait bien un recensement sur le mode Insee pour la population. Ou on reste sur le mode « courbe du chômage » qui reste aléatoire.

•• Cela dit, parmi les tentatives d’arrêt recensées au dernier trimestre 2016, 52,3 % n’ont sollicité aucune aide. Comme quoi, le fumeur fait ce qu’il veut, quand il veut. Et qu’il n’a pas besoin d’être harcelé, comme c’est le cas aujourd’hui, par l’alternative e-cigarette (le « 95 % moins nocif » aussi insipide que le Coca zéro ou light) ou les substituts nicotiniques. C’est contre-productif.

On fume par plaisir. On arrête par prise de conscience. C’est cela la liberté de choix.

Sophie Adriano

Mai 232018
 

Coup de gueule de Laurent Mimouni sur le site cigars-conect.com contre certains établissements parisiens qui font de la surenchère dans la discrimination des fumeurs … de cigares, cette fois.

•• On connait déjà la notion de « terrasse non-fumeur », avec le label « Ma terrasse sans tabac », mis en place par le ministère de la Santé l’été dernier. Cela dit en passant, le site et l’appli recensent 28 établissements pour Paris et 75 à l’échelle du pays (…)

•• On voit désormais fleurir la notion, contestable, de terrasse « fumeur sauf cigare ». C’est parfois écrit en toutes lettres (comme au Café de la Place dans le 16ème à Paris). Ça peut aussi être pratiqué plus discrètement, comme à La Petite (toujours à Paris, dans le 5ème) où le gérant, « affirmant que nous allions « lui vider sa terrasse », a accepté de renoncer à 4 consommations déjà servies pourvu que nous déguerpissions … pour aller sur le trottoir d’en face.

•• La pression n’ayant pas de limites, poursuit Laurent Mimouni, « nous sommes tombés récemment sur une nouveauté encore plus aberrante : le « fumoir interdit au cigare ». Cette forme nouvelle d’ostracisme se pratique au restaurant Bambou (Paris 2ème). Sur consigne de la direction, le serveur nous a poliment éconduits, lorsqu’il s’est aperçu que nous nous apprêtions à profiter de son vaste fumoir en dégustant un cigare. Notre Montecristo Edmundo aurait sans doute outrageusement dérangé les fumeurs de Camel ou de Marlboro … ».

Avr 282018
 

Comment ne jamais arrêter la pression sur les fumeurs …

Accusé de creuser le trou de la Sécu – au budget pourtant largement abondé par les taxes sur le tabac – voilà que le fumeur nuit gravement à l’environnement et aux caisses des collectivités locales en jetant des mégots n’importe où. Alors, l’État dégaine vite son arme fatale : une taxe (ou éco-contribution, en plus soft) censée résoudre le problème. En gros, on demande aux fumeurs de financer (grâce à quelques centimes par paquet) les cendriers … qu’ils réclament depuis plus de dix ans Lire la suite »