Juil 042018
 

Ah … si ce n’est pas de la politique de santé spectacle la décision du Conseil de Paris de transformer des parcs parisiens en « espace sans tabac » ! 

Vous allez me dire pas d’affolement : c’est une expérimentation, dans quatre parcs et basée sur le volontariat de mairies d’arrondissement. Mais, méfiance … ça commence comme un test, puis surgit vient la vague d’interdiction. Strasbourg a donné le coup d’envoi.

Ce qui est révoltant ce sont les justifications avancées. 

•• « Donner de l’air frais aux promeneurs » … avec le taux de pollution de la capitale, il serait étonnant que les parcs et jardins y échappent. Airparif a révélé, dans une étude, que les niveaux de pollution des terrains de sport des grandes villes étaient encore plus que préoccupants pour la santé. Alors les espaces verts … Lire la suite »

Juil 012018
 

Les vannes se sont ouvertes, dans les médias cette semaine, contre les fumeurs avec le vote de la ville de Strasbourg de l’interdiction de fumer dans les parcs et tous les parcs. Mesure effective à partir de ce dimanche.

Un flot de reproches, d’accusations, de mensonges, le tout à la limite de la diffamation. Une hystérie de quelques-uns et peu de voix pour dénoncer ce qui relèverait, dans d’autres domaines, d’une « chasse aux sorcières ».

Exemples : « Il y a déjà suffisamment de pollution comme ça, on ne va pas, en plus, supporter celle des fumeurs » (un habitant de Strasbourg) … « Les parcs ne sont pas des poubelles » (Les Grandes Gueules)

•• STOP : les fumeurs ne sont pas responsables de tous les maux du monde. Ce ne sont pas des pervers qui attendent l’arrivée d’une poussette pour allumer une cigarette ou qui écrase avec plaisir leur mégot par terre. Dans un parc ou ailleurs. Et, dans ce pays de tolérance zéro et où le débat consiste à remonter une partie de la population contre une autre, on fait tout à l’envers. L’exemple de Strasbourg est flagrant : on interdit dans le parc et on installe des cendriers à l’entrée. Mais, c’est contreproductif et cela ne fera pas disparaître d’un coup de baguette magique cette espèce humaine peu recommandable, les fumeurs. Lire la suite »

Juin 102018
 

Ce n’est pas forcement votre buraliste qui va vous prévenir … Alors, « Nous sommes 13 millions fumeurs adultes et responsables » vous informe.

Certains avaient dû se réjouir de voir le prix de leurs paquets diminuer, en mai. Une joie de courte durée, puisque la hausse est de retour pour très bientôt.

En effet, un arrêté du 7 juin, publié ce samedi au Journal officiel, annonce une augmentation au 2 juillet pour des paquets jusque-là les moins chers.

Les marques qui avaient laissé leurs prix aux alentours des 7,50 euros vont appliquer une hausse comprise entre 10 et 30 centimes d’euros. À titre d’exemple. Les Benson and Hedges Original Red coûteront bientôt 7,80 euros, contre 7,50 auparavant. Les Wilson Connect Blue prendront, elles, 10 centimes pour atteindre 7,70 euros.

Pas de hausse, en revanche, pour Marlboro Red et de Camel Filters, qui resteront respectivement à 8 et 7,90 euros. Tout cela est précisé par un communiqué de l’AFP.

On n’a pas fini d’avoir le tournis avec cette valse des étiquettes … jusqu’au paquet à 10 euros en 2020 !

 Tagged with:
Juin 062018
 

« Je témoigne » répond un lecteur du site « Nous sommes 13 millions de fumeurs adultes et responsables » en commentaire de l’un de nos articles (lien).

« En effet, j’ai arrêté de fumer des cigarettes vendues en France depuis l’arrivée des paquets neutres. Car elles n’ont plus le même goût qu’avant.

« Ça va faire un an et demi que j’ai arrêté. Maintenant je les achète à l’étranger.

« Donc effectivement, j’entre dans les statistiques des fumeurs qui ont arrêté » (sic).

Mai 312018
 

La « Journée mondiale sans tabac » du 31 mai, c’est la récurrente stigmatisation pour les fumeurs. Mais, cette année, en France, ô surprise !

Les fumeurs français sont devenus vertueux. Ils arrêtent. Grâce à une étude (plus exactement un sondage) de l’organisme officiel Santé publique France publiée trois jours avant. Gros titre : un million en moins de fumeurs quotidiens entre 2016 et 2017. Plus de 50 pages de rapport pour nous abreuver de moins 3 points par-ci, de moins 2 points par-là, chez les jeunes, les populations sans diplôme ou au chômage … Tout cela pour vanter le paquet neutre, des augmentations de prix (pas effectives sur la période) et du « Mois sans tabac ». Vivent nous (les institutions) !

•• Mais il y a une faille et une grosse. Cette avalanche de chiffres et de pourcentage ne donne aucun repère précis. Quel est le nombre exact de fumeurs en France ? 12,5 millions ? 13 millions ? 13,5 millions ? Quotidiens ou pas ?

Comme un arbre qui cache la forêt. Cela vaudrait bien un recensement sur le mode Insee pour la population. Ou on reste sur le mode « courbe du chômage » qui reste aléatoire.

•• Cela dit, parmi les tentatives d’arrêt recensées au dernier trimestre 2016, 52,3 % n’ont sollicité aucune aide. Comme quoi, le fumeur fait ce qu’il veut, quand il veut. Et qu’il n’a pas besoin d’être harcelé, comme c’est le cas aujourd’hui, par l’alternative e-cigarette (le « 95 % moins nocif » aussi insipide que le Coca zéro ou light) ou les substituts nicotiniques. C’est contre-productif.

On fume par plaisir. On arrête par prise de conscience. C’est cela la liberté de choix.

Sophie Adriano