Mar 312018
 

L’acteur et réalisateur Sean Penn était venu faire la promotion de son nouveau livre « Bob Honey who just do stuff », ce mardi 27 mars, sur le plateau de Stephen Colbert, animateur du très suivi « Late Show » sur CBS (vidéo).

Après avoir prévenu qu’il était encore sous l’emprise « d’un somnifère pris la veille pour dormir », Sean Penn a alors sorti sans discrétion une cigarette. Et de l’allumer en direct sous les caméras. Autant dire, l’horreur absolue aux États-Unis.

Le présentateur lui a d’abord tendu un cendrier (sorti miraculeusement de sous la table …) puis a tenté de le convaincre d’arrêter. Sans succès.
Sean Penn : « Mes parents fumaient quand j’étais enfant, donc ça me donne de bons souvenirs de sentir la fumée de cigarette … ».
L’animateur : « … mais nous avons envie que vous soyez là longtemps et c’est mauvais pour vous ! ».
Sean Penn : « C’est une sécurité d’emploi pour les oncologues », rétorque sobrement l’acteur.

Fin du dialogue sur le sujet, les protagonistes passant à autre chose.

Les réseaux sociaux ont chauffé. Alors que, visiblement, l’acteur fait des infidélités à la cigarette électronique qu’il affichait à la tribune d’une conférence « Clinton Global Initiative » en 2013.

Mar 222018
 

Depuis 2010, Vladimir Poutine mène une guerre contre le tabagisme en Russie. Très sportif, le chef de l’État a appelé ses ministres à arrêter de fumer et à montrer ainsi l’exemple. Mais, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères depuis 14 ans, star et tsar de la diplomatie russe, en est-il un ? À l’occasion de ses 68 bougies, Sputnik France révèle quelques faits de ce fumeur militant. 

•• Alors ambassadeur russe à l’Onu au début des années 2000, il avait initié la révolte spontanée des accros à la cigarette au siège des Nations-unies. Appuyé par ses collègues fumeurs, il avait violemment réagi à la campagne anti-tabac menée par le secrétaire général Kofi Annan dans les locaux de l’Assemblée. Déclarant que la résidence n’était pas la propriété de M. Annan, Lavrov se déplaçait à travers le siège, cigarette et cendrier en mains.

•• Une vidéo sur Youtube nous fait revivre un échange entre le ministre et le président de la République Tchèque, Milos Zeman, lors d’un déplacement officiel à Moscou en mai 2017.  « Monsieur le ministre, vous fumez tout comme moi. Mais le président interdit toujours de fumer ». Et Vladimir Poutine de répondre (presque) timidement : « je ne le recommande pas ». Et Sergueï Lavrov de préciser « ce n’est pas tant monsieur le Président qui l’interdit mais la Douma de l’État ». Lire la suite »

Mar 132018
 

Ne vous méprenez pas : « Nicotine » (éditions Autrement) n’est pas un guide pour arrêter de fumer, mais une analyse minutieuse, teintée d’humour noir, des mécanismes de l’addiction et des rapports ambigus que l’on peut entretenir à la cigarette.

De la révélation de la première bouffée à la toute dernière clope, l’écrivain allemand Gregor Hens retrace les origines de sa longue relation à la nicotine et détaille ses multiples tentatives pour s’en défaire.

La première fois, c’est arrivé lors de la nuit de la Saint-Sylvestre 1970. Avec une Kim. Il avait cinq ans. Ce soir-là, on tirait, en famille, des feux d’artifice depuis les trottoirs de Cologne.

Sa mère sortit de son manteau de fourrure un paquet de Kim dont elle tira une cigarette. Une longue tige fine et light qu’elle alluma avant de la tendre à l’enfant, l’invitant à allumer une mèche de fusée du bout de la braise incandescente. « Il faut que tu tires dessus, sinon elle va s’éteindre ». Autre époque, autres mœurs. Ce soir-là, écrit Gregor Hens, c’est peut-être la première fois qu’il s’est senti lui-même.

Quarante ans plus tard, le romancier et traducteur a fumé « plus de cent mille cigarettes ». Dans des bibliothèques et des salles de cours, sur des navires et des sommets de montagnes, sur le méridien zéro à Greenwich et la longitude 180° aux îles Fidji. Il a clopé comme on aime. Sans rien regretter. Il l’assure « chaque cigarette que j’ai fumée était une bonne cigarette » Aujourd’hui, il a arrêté. Jusqu’à la prochaine. Lire la suite »

Fév 252018
 

Eh oui ! C’est ce jeudi 1er mars que les étiquettes vont valser à la hausse. Quasi un euro pour certaines, 70 centimes pour d’autres. On est sur le chemin du paquet à dix euros dans deux ans.

Outre notre ras-le-bol du matraquage fiscal (et sur le tabac, et sur le reste), les fumeurs vont se taper une journée de rappel à la réalité : on nous prend pour des « c … ».

Après avoir fait la queue derrière les joueurs de grattage et de cochage (qui vous bousculent au cas où ils rateraient la fortune du siècle !), le fumeur va découvrir le nouveau prix de son paquet au moment du passage en caisse … « Ah, il manque un euro ! », va nous réclamer le buraliste qui n’aura même pas pris la peine d’expliquer quoi que ce soit. « Ah, mais vous vous êtes trompé dans le rendu-monnaie ! » va constater le client une fois de plus sous-informé. Lire la suite »

Fév 052018
 

Parmi les tendances montantes sur les réseaux sociaux, la rubrique « Posts et postures » du magazine M du Monde a repéré cette semaine le#smoking, qui dépasse les quatre millions d’occurrences sur Instagram.

Ce qui n’a pas l’air d’être du goût de la journaliste qui traite d’emblée les fumeurs « d’attachés au stade oral », selon la théorie de Sigmund Freud (ce qui ne l’a pas empêché de fumer d’ailleurs) …

Parmi les familles du #smoking : des fumeurs de marijuana ; des fumeurs de cigarettes : des amateurs de cigares et de pipes aussi ; des vapoteurs aussi.

À signaler aussi, ceux qui profitent du # pour mettre leur saumon fumé en avant !

Un peu de tout soit, mais c’est bien l’objectif d’Instagram.