Juil 222018
 

« Tabac : pourquoi les taux de nicotine, goudron et monoxyde de carbone ont disparu des paquets Les informations concernant les émissions produites lors de la combustion ne figurent plus sur les paquets. Des fumeurs dénoncent un manque de transparence. » Non on ne rêve pas, c’est bien l’entame d’un article du Monde.fr posté le 19 juillet. 

À propos de la discrète disparition des mentions sur les taux de nicotine, de goudron et de monoxyde de carbone avec le passage aux paquets neutres. Et le flou des autorités sanitaires y est souligné …

•• Si de nombreux fumeurs ne s’en sont même pas aperçus, constate la journaliste, sur un « forum de fumeurs » ( notre site « Nous sommes 13 millions de fumeurs adultes et responsables », sans le nommer), l’un d’eux s’étonne : « alors que tous les ingrédients doivent figurer en matière d’alimentation, la disparition des composants des cigarettes est inadmissible et dangereuse, puisqu’on ne peut même plus essayer de limiter les dégâts en fumant celles qui ont le moins de goudron, substance la plus nocive. » Lire la suite »

Juin 062018
 

« Je témoigne » répond un lecteur du site « Nous sommes 13 millions de fumeurs adultes et responsables » en commentaire de l’un de nos articles (lien).

« En effet, j’ai arrêté de fumer des cigarettes vendues en France depuis l’arrivée des paquets neutres. Car elles n’ont plus le même goût qu’avant.

« Ça va faire un an et demi que j’ai arrêté. Maintenant je les achète à l’étranger.

« Donc effectivement, j’entre dans les statistiques des fumeurs qui ont arrêté » (sic).

Jan 122018
 

L’État est un emmerdeur.

Le débat est reparti avec la limitation de vitesse à 80 km/heure sur les axes secondaires … Mais, il y a aussi la santé, le tabac, etc. Tiens ! Sur l’alimentaire et la grande distribution, c’est l’omerta dans un premier temps … puis la panique et l’artillerie lourde (sur Lactalis, par exemple).

La limitation de vitesse est une nouvelle démonstration de l’État-nounou qui veut notre bien, sur fond d’experts et de statistiques. Et qui se termine toujours par une taxation supplémentaire. L’État est un emmerdeur (la formule remonte à Georges Pompidou), même s’il affiche le panneau libéral sous l’ère « Macron ».

Là où les fumeurs l’ont mauvaise, c’est quand notre barbu de Premier ministre annonce qu’il y aura une « clause de revoyure » sur la mesure des 80 km/heure en cas de contre-efficacité.

Mais, Édouard, c’est ce que réclament les fumeurs sur le paquet neutre qui n’a servi qu’à les stigmatiser en plus d’emmerder les buralistes !

Pour preuve, les ventes de cigarettes en 2017 ont seulement baissé de moins 1,5 % (avec une augmentation de 30 centimes mi-novembre). Fondamentalement, le paquet neutre n’aura servi à rien.

Clause de revoyure à intégrer dans les revendications des fumeurs !

Là où les citoyens ont du mal à digérer, c’est que le « changement de comportement », voulu par les politiques, se traduit toujours en France par une taxe ou un PV. Soit une entrée dans les caisses de l’État. Les PV du respect aux 80 Km/heure seront reversés aux accidentés. À voir. Pour les fumeurs, les hausses de taxes doivent abonder un fonds de prévention contre le tabagisme. On demande à voir encore.

Là où les fumeurs sont furax, c’est aussi sur le yoyo des prix. Ça augmente en novembre, ça baisse en janvier … Et, on le sait comment, en lisant le Journal Officiel ?

Quand un fumeur arrive chez un buraliste, elle est où la liste de prix (disponible chez des voisins européens) ou l’affichette qui spécifie des changements ?  Les consommateurs de tabac paient plus de 80 % à l’État et son réseau officiel nous doit bien cela. Autre revendication à inscrire.

Et puis, le jour où existera un vrai baromètre officiel en questionnant directement le consommateur de tabac (mensuel ou trimestriel ou semestriel), les « experts » ne se gratteront plus la tête.

Arrêt ou réduction ? Part de la cigarette électronique ? Achat par système D ? Le flou arrange tout le monde ! Sauf que les fumeurs paient cher pour rien.

L’État est un emmerdeur et un racketteur.

La Mère déchaînée 

Nov 102017
 

Allez comprendre les politiques de santé publique … Il y a un an Marisol Touraine, ministre de la Santé de l’époque, mettait en place le paquet neutre pour « rentre moins attractive » l’image du tabac à travers son packaging …

À partir de la semaine prochaine, c’est la valse des étiquettes avec des hausses continues du prix du tabac sur trois ans. 10 euros, ce n’est pas rien pour le portefeuille. Cela étant censé créer un déclic pour arrêter de fumer, en dehors des considérations touchant au remplissage des caisses de l’État.

Cela dit, on peut se poser une question. Placer le tabac à ce niveau de prix n’est certainement pas une opération de « dénormalisation ». Au contraire, plus cher et moins accessible, tel un produit de luxe, le tabac sort de la banalisation. Et qui dit luxe, dit désir. Et qui dit luxe, dit « bling bling ». Finalement, les fumeurs seront peut-être fiers d’arborer leur dernier signe extérieur de « richesse », presque comme une Rolex au poignet ou un sac Vuitton.

Août 262017
 

C’est une certaine façon de gouverner et de taxer qui est vertement dénoncée dans un texte que vient de mettre en ligne le site Contrepoints. Le tabac, parmi d’autres exemples …

« En Socialie, il n’est pas un problème qu’une bonne non-solution ne saurait résoudre. En Macronie, c’est globalement la même chose, le panache communicationnel en plus : devant un problème donné, on continuera à employer les mêmes procédés foireux avec une obstination qui confine à la psychiatrie lourde mais au moins le fera-t-on avec la fougue et l’entrain que la jeunesse permet. Et en Macronie en particulier comme en Socialie en général, une vraie bonne non-solution à tous les problèmes, c’est une bonne taxe, pardi !

•• « Le cas du paquet neutre est tout à fait symptomatique. Mesure constructiviste typique basée sur la remise en question d’un comportement réprouvé (fumer des cigarettes) non par la morale mais bien pour des raisons de coûts dans la santé collectivisée, l’idée consiste à faire croire qu’en enlevant sur les paquets de cigarettes la spécificité des logos et autres emballages colorés, on parviendrait à réduire la vente des tiges à cancer.

« Bien évidemment, plutôt que faire des paquets réellement neutres (i.e. blancs), il a rapidement été question d’introduire des images dépeignant les désagréments encourus suite à l’abus de cigarette, espérant ainsi dégoûter le consommateur devant les photos plus ou moins abominables de tumeurs et autres joyeusetés que l’addiction au tabac entraînerait. Malheureusement et comme prévu, six mois après l’introduction de ces paquets pas neutres du tout, le constat est particulièrement peu encourageant puisque les ventes ne se sont pas effondrées. Lire la suite »