Juil 312020
 

Certains, dans cet aimable pays, ont une drôle de façon de vous souhaiter de bonnes vacances …

Déjà assombries dans le contexte de la Covid-19, elles sont assorties, à partir du 1er août, de ce que l’on peut appeler une interdiction supplémentaire : la restriction drastique des quantités de tabac achetées dans un pays étranger. Toutes ont été divisées par quatre et même si l’achat a été effectué à l’intérieur de l’Union européenne !

Après nous avoir matraqué avec les hausses permanentes de prix, puis le paquet neutre (une quasi-exception européenne), voilà le droit d’achat qui en prend un coup dans un espace européen de « libre-échange ».  Une notion que les pouvoirs publics semblent avoir oubliée.

Pour la santé publique ? Que nenni … Avec ce dernier baroud liberticide, les fumeurs ont le droit de fumer (autant qu’ils veulent) mais avec l’obligation d’acheter en France (un produit même pas fabriqué et empaqueté en France ). Après l’explosion des ventes de tabac durent le confinement, il aurait été dommage de laisser s’échapper ce magot … donc fermeture des vannes et appel au patriotisme.

On demande aux consommateurs de tabac de « sauver le soldat Ryan » : les taxes pour renflouer l’État et le réseau des débitants de tabac. 

Mais attendez, le fumeur français a déjà beaucoup donné et montré beaucoup de patience. Et n’est certainement pas ce contrebandier en puissance comme certains professionnels aiment à le laisser entendre dans les médias (drôle de façon de considérer les clients, soit dit en passant).

Alors sauvez le soldat Ryan … ça pourrait faire sourire …

Sauf qu’on est un consommateur européen s’adressant à un distributeur légal (hors frontière) et se tournant vers le meilleur prix, une qualité gustative supérieure (parce que les cigarettes du paquet neutre, ce n’est pas la même chose) et un emballage moins stigmatisant.

Sauf qu’on perd une fois de plus une liberté.

La mère déchaînée

Mai 152020
 

Il y a moins d’une semaine la porte-parole du Gouvernement, Sibeth Ndiaye, était prise en flagrant délit, cigarette au bec dans son bureau de l’Élysée, par BFMTV.

L’hebdomadaire Le Point, dans un récit des huit dernières semaines du couple exécutif Macron / Philippe, nous dévoile une anecdote que l’on n’oubliera pas. Le contexte : un après-dîner de travail de la majorité, mercredi 4 mars, dans le jardin d’hiver de l’Élysée …

« Là seulement, un verre de whisky ou un ballon de cognac à la main, on desserre la cravate, on se détend un peu. Ce sont encore les jours heureux. Le Premier ministre s’autorise une imitation de Jacques Chirac. Le président, qui aime bien plaisanter, trait de caractère qu’on lui connaît peu, se marre. Exceptionnellement, il s’accorde même une cigarette – Brigitte n’est pas là. Philippe fume avec lui. « Et Philippe Grangeon (un conseiller, ndlr) tape des clopes à tout le monde ! » dit en souriant l’un des happy few ».

Mai 122020
 

Avec la crise sanitaire, les fumeurs semblent sortis du bois … Non seulement, on a vu des queues se former devant les buralistes. On découvre aussi qu’on fume à l’Élysée.

Ainsi, la veille du déconfinement, la porte-parole du Gouvernement, Sibeth Ndiaye, a été filmée quelques minutes avant une intervention en direct sur BFMTV, pianotant sur son téléphone et cigarette à la bouche dans son bureau de l’Élysée.

Politiquement pas correcte, la bourde … la journaliste/ animatrice s’est empressée de plaisanter : « vous avez vu, elle est en train de se préparer. Elle était dans son bureau, peut-être pas tout à faire consciente qu’elle était filmée ». Quelques minutes plus tard, la chaîne a présenté ses excuses.

Mar 222020
 

Dure, dure, aussi … la vie de fumeurs en confinement.

Fumeurs adultes et responsables, on se doit d’être encore plus responsables alors que nous sommes tous des enfants devant cette grande trouille qui nous assaille collectivement. Il nous reste un bout de balcon, de jardin ou de trottoir le temps d’une petite promenade. Mais la polémique actuelle nous renvoie aussi à un certain mode de gestion de la santé publique. Lire la suite »

Fév 182020
 

Après les mois « sans » (tabac, alcool), arrivent les mois « avec » (emmerdements) … Et l’arrivée d’un nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, n’y changera rien : il a été un fervent partisan du paquet neutre. 

•• Mars. C’est la dixième augmentation des prix du tabac depuis l’arrivée du président Macron. On ne devait pas franchir la barre des 10 euros avant novembre de cette année. Et patatras, un fabricant a anticipé pour les autres… La Marlboro, c’est le billet direct et oubliez la petite monnaie … Pratique et dur à la fois.

•• Mai. Terminées les cigarettes au menthol, une espèce désormais en voie de disparition. Elles seront interdites à la vente le 20 mai. Lire la suite »