Août 232019
 

Que cela soit à l’occasion du terrible incendie de Notre-Dame ou de l’un de ces feux qui émaillent tristement l’actualité estivale … les médias nous laissent toujours entendre qu’un mégot non éteint est à l’origine de la catastrophe. Avant tout. Plus que tout.

Surtout quand ils n’ont pas la moindre ombre de soupçon de preuves. Généralement, on présente les choses comme cela : « Tout ce drame pour une raison encore inconnue des enquêteurs … (le début de la phrase est énoncé, par le commentateur, sur un ton normal), enquêteurs qui n’excluent pas l’hypothèse d’un jet de mégot … (là, brusquement le ton monte et basta. Tout est dit). Encore un satané mégot ! Encore ces irresponsables de fumeurs ! Y’a le feu, c’est un mégot ! Y’a un mégot, faut couper la tête aux fumeurs !

•• Mon propos n’est pas d’excuser le comportement strictement imbécile de certains fumeurs, sans attention pour le mégot dont il se débarrassent n’importe comment, sans s’être assurés de son extinction parfaite. Il est vrai qu’il n’y a pas de cendriers adaptés, partout et tout le temps. Mais ce n’est pas une raison pour se comporter comme un abruti. Et les buralistes ont bien raison de mettre des affiches pour rappeler les fumeurs à leurs responsabilités, comme je l’ai vu l’autre jour dans le Var. Lire la suite »

Août 182019
 

À la rentrée, il sera interdit de fumer devant les écoles bordelaises. Juste avant de rejoindre le Conseil constitutionnel, Alain Juppé avait accédé à l’exigence de l’inénarrable Michèle Delaunay par le biais de cette décision destinée à protéger nos chères têtes blondes du tabagisme passif et du mauvais exemple actif.

Et qui va certainement se répliquer de ville en ville. Les espaces, plages et parcs sans tabac poussent déjà comme des champignons. Fumeurs adultes et responsables, ces nouvelles restrictions ne nous choquent pas, elles ne nous gênent pas toujours.

Nous sommes tous d’accord pour ne pas représenter un quelconque « mauvais exemple » en fumant, en toute circonstance, sous les yeux des jeunes générations (même si l’on sait que la construction de leur représentation des dangers sanitaires et de leur échelle de valeur santé va se nourrir de multiples autres sources). Mais on se permettra de souhaiter deux choses : Lire la suite »

Mar 232019
 

Dans son blog sur Médiapart, Denys Laboutière (dramaturge, conseiller artistique) revient sur la dernière augmentation des prix du tabac du 1er mars, mise en place à la hussarde. Un déni de démocratie … à son avis. Extraits : 

« Fumeur invétéré (ni fier ni honteux de l’être), il ne m’est jamais venu à l’idée d’encourager qui que ce soit à commencer de tirer sur le moindre tuyau renfermant cette herbe à Nicot désormais diabolisée. 

Mais j’aimerais néanmoins qu’on foute la paix à mes finances qui ne sont pas si prodigues en évitant désormais qu’on les spolie, soit- disant pour des raisons sanitaires. Si l’État avait une réelle conscience que le tabac constitue un danger réel, il commencerait par interdire, en son propre pays, l’ouverture des officines agrémentées, au surplomb de leur devanture, de cette curieuse carotte rouge qui fit office de point de ralliement pour des drogués impénitents. Cela aurait le mérite d’être une politique claire et sereine et, surtout non hypocrite (…).

•• « Le plus indécent, chez Macron et ses ministres, fut ce coup de grâce supplémentaire, asséné ce 1er mars, avec une énième augmentation du paquet de cigarettes de 0,50 centimes d’euros. Sans que personne, pas même un média de presse ou télévisuel ou radiophonique d’habitude prompt à relayer l’information, n’avertisse les consommateurs.

« À moins que ces mêmes médias soient complices de ce silence, pour complaire au Château ? Car c’est devenu maintenant, depuis un an et demi, depuis l’avènement de la REM un réflexe : on ne communique surtout pas à l’avance la décision d’augmenter le prix des clopes. Journaux, radios, télévisions sont donc main dans la main avec les gouvernants : ce petit événement évident finit par le démontrer (…)

•• « Qu’est-ce donc que ce régime qui impose, ainsi, sa spoliation régulière des revenus de citoyens, sans que ceux-ci puissent protester de ce qui s’apparente réellement à un vol ? Un gouvernement vous fait les poches et l’on ne devrait pas s’en émouvoir ?

On se doute bien qu’aucun député (même s’il part en douce griller sa cibiche entre deux débats à l’Assemblée) n’ira défendre une politique en faveur de l’intoxication des citoyens.

•• « N’est-ce pas là le signe d’un mépris supplémentaire des populations que d’opérer à ce braquage éhonté de nos revenus ?

« En attendant, je trouve que, même si elle paraît dérisoire, cette énième façon d’empêcher les libertés – comme celle de manifester – est la preuve que ce régime autoritaire pollue bien plus l’atmosphère de démocratie qu’il ne le croit. 

Qu’il demeure incohérent comme ses prédécesseurs en n’interdisant tout simplement pas la consommation totale de tabac (mais au risque de se priver de copieuses taxes qui le nourrissent) et qu’il use d’une autorité méprisante, humiliante qui semble être devenue sa marque de fabrique préférée. Avec l’arrogance et la désinvolture qu’on lui connaît désormais. »

 Tagged with:
Fév 242019
 

Amateur de Rabelais et de cigares, Mustapha Aït Larbi aime aussi prendre la plume (plutôt son clavier) pour s’insurger contre … presque tout, sur son blog de Médiapart. Ce qui l’intéresse, en priorité ? Les sujets où l’on cherche à manipuler l’opinion publique.

Et son dernier billet d’humeur porte sur les villes « sans tabac ». Soit la dernière « invention » pour expulser les fumeurs des rues, des parcs, des plages … On laisse à l’auteur la responsabilité de son « parler-cash ».

« La chasse au fumeur est ouverte. Il est de bon ton de le traquer, de le stigmatiserLes fumeurs sont devenus des pestiférés, des parias à mettre au ban de la société, tout juste bons à être jetés en pâture à la vindicte publique. 

« Certaines villes comme Saint-Malo, Nice etc. ont fait savoir qu’elles fermeraient des plages aux fumeurs, afin de faire un peu d’air aux non-fumeurs et aux enfants. Initiée par la Ligue contre le Cancer, qui rappelle que le tabac est responsable de 60 000 décès chaque année, cette tendance se propage. Et une chose est sûre : aller à son encontre peut coûter cher. En attendant, ils pourront toujours respirer les fumées des voitures, des usines, des centres d’incinérations, c’est toujours ça de gagné …

« Ce que ne dit pas le comité d’éthique, c’est que c’est faux. Ce sont les pollutions de toutes sortes qui sont responsables … Donc, commençez par vous débarrasser de vos voitures, de vos produits ménagers, de vos chauffages, de la nourriture industrielle, et les choses iront de mieux en mieux. J’avoue que je suis sympa de vous donner ce sage conseil. Savez -vous, tiens en passant, que le sucre industriel est plus dangereux que le tabac et l’alcool réunis pour votre corps ? Et si vous saviez tout le reste. Pauvres de vous …

« Nous ne pouvons plus fumer nulle part, et bientôt et les appartements et les rues aussi seront non-fumeur.

En fait, je fume quand même pratiquement partout, l’interdiction vous fabrique des génies, l’austérité fait penser c’est bien connu … Avant, il était possible de fumer partout quitte à enfumer les autres maintenant, c’est l’inverse, un terroriste en remplace un autre, et inutile de proposer de fumer le calumet de la paix, ces gens sont des terroristes, le seul moyen en fait, c’est de les ignorer. On ne combat pas des grands délirants, on se protège …

« Je terminerai par la convivialité qu’instaure le tabac. Je l’ai maintes fois vérifié, les seules personnes entretenant des relations entre elles à l’hôpital, sont les fumeurs. Ça vous fabrique aussi de belles histoires d’amour parfois ? Un petit cigare peut être ? »

Juil 292018
 

Maintenant que les buralistes ont annoncé vouloir vendre du cannabis quand ce sera légalisé … on a encore peu demandé au grand public et aux clients des buralistes ce qu’ils en pensaient. 

Seul, Sputniknews a réalisé un micro-trottoir diffusé ce 25 juillet ; une enquête, principalement auprès de jeunes plutôt trentenaires. Cela donne une idée. 

« Je préfère que ce soit vendu plutôt dans des boutiques spécialisées … On pourra contrôler les quantités que les gens prennent et l’âge. J’en ai consommé, j’ai arrêté, ça fait du bien. »

« Dans un débit de tabac ?  Faut pas exagérer … »

« Il faudrait créer des lieux spéciaux comme des bars à cannabis ou les coffee-shop, comme aux Pays-Bas. La vente de tabac aux bureaux de tabac et celle de l’alcool aux bar-tabac … »

« Je suis contre la légalisation du cannabis. Je suis née dans le 93 et je connais les dégâts que cela provoque. Mais tant qu’à faire …autant que cela soit contrôlé. »

« Je suis contre la légalisation du cannabis. Il y aura plus de points de vente et donc plus de consommateurs. » Lire la suite »