Mar 102020
 

Si vous êtes accro à la nicotine, inutile d’envoyer un CV chez U-Haul.

Basée à Phoenix, dans l’Arizona, cette entreprise – spécialisée dans la location de matériel de déménagement et de stockage – qui compte 30  000 salariés vient d’annoncer qu’elle n’embauchera plus un seul « utilisateur de nicotine ». 

En clair, explique le Financial Times, U-Haul instaure un test de dépistage pour exclure de ses futurs effectifs non seulement les fumeurs invétérés … mais aussi ceux qui sont en cours de sevrage, vapoteurs et autres usagers de patchs ou de chewing-gums nicotinés.

•• L’entreprise a tout de même, indiqué qu’elle n’avait pas l’intention de licencier ceux de ses employés qui n’ont pas (encore) renoncé à la cigarette.

Mais si elle changeait d’avis, observe le Financial Times, les salariés mis dehors seraient à peu près privés de recours dans les États où la doctrine de « l’at-will employment », littéralement l’emploi au bon vouloir, permet de se séparer d’un employé sous n’importe quel prétexte. Un principe qui règne dans 21 états sur cinquante.

•• U-Haul annonce que sa nouvelle politique anti-nicotinique participe d’un engagement en faveur du « bien-être » de ses salariés. Ses motivations financières sont pourtant assez évidentes : aux États-Unis, l’assurance maladie est généralement fournie par les employeurs et les entreprises dont le personnel comprend une forte proportion de fumeurs doivent débourser davantage, souligne une juriste. Elles sont d’ailleurs nombreuses à favoriser financièrement les non-fumeurs en leur offrant des réductions sur leurs cotisations santé.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)