Fév 182020
 

Après les mois « sans » (tabac, alcool), arrivent les mois « avec » (emmerdements) … Et l’arrivée d’un nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, n’y changera rien : il a été un fervent partisan du paquet neutre. 

•• Mars. C’est la dixième augmentation des prix du tabac depuis l’arrivée du président Macron.

On ne devait pas franchir la barre des 10 euros avant novembre de cette année. Et patatras, un fabricant a anticipé pour les autres… La Marlboro, c’est le billet direct et oubliez la petite monnaie … Pratique et dur à la fois.

•• Mai. Terminées les cigarettes au menthol, une espèce désormais en voie de disparition. Elles seront interdites à la vente le 20 mai.

Et là, ce n’est pas la faute à Macron mais à Bruxelles. Alors, pas la peine de courir chez un voisin européen, il n’y en aura pas non plus (sauf en Andorre et en Suisse). Ça ne touche peut-être pas tous les fumeurs, mais sur le principe. c’est rageant. Un peu comme Intervilles sans vachette.

•• D’autres mauvais coups bas ne sont pas à exclure. Les terrasses, par exemple. La campagne des élections municipales a vu émerger le débat de l‘interdiction des chaufferettes (trop coûteuses en CO2).

Les espaces sans tabac en plein air se développent même jusqu’au moindre petit village. Le prétexte : sensibiliser les parents fumant jusqu’à la sortie les écoles. Une occasion supplémentaire pour les « donneurs de leçon » d’épier nos moindres faits et gestes.

•• Le seul signal positif de cette année, c’est du côté des cendriers de rue. Désormais, l’objectif national c’est de collecter les mégots jetés au sol. Et là il n’est plus seulement question de verbaliser les incivilités mais bien de développer des moyens concrets et efficaces. Enfin … des cendriers.

Jan 122020
 

Gruni est un chroniqueur à l’esprit libre et indépendant. Il n’est pas du genre à céder au politiquement correct. Dans Agoravox, il signe une tribune contre les opérations « sans … », à l’instar du Mois sans Tabac.

Son titre ? : « Mois sans alcool et sans moi ! »

« Ras-le-bol du « Mois sans tabac » ou des 40 jours sans viande et maintenant du mois de janvier sans alcool :  le « Janvier sec ». Peut-être qu’un jour des écolos vous proposeront le mois sans relation sexuelle pour limiter la surpopulation de notre planète. Non, trop c’est trop, ça dégouline de moraline partout ! 

Mais non, mais non, vous n’avez rien compris vous dira-t-on, le but de l’opération n’est pas de culpabiliser le fumeur ou le buveur qui ne boit jamais d’eau sans pastis. Non, il n’est pas question de vous faire la leçon de morale ou de vous apprendre à bien penser comme les gens comme il faut. L’objectif recherché serait uniquement de nous aider à mener une vie plus saine … Sans blague ! Lire la suite »

Jan 062020
 

Quels vœux doit-t-on se souhaiter entre fumeurs adultes et responsables ?

Que, déjà, ceux d’entre nous qui ont décidé d’arrêter – ou de diminuer drastiquement leur consommation – y arrivent. Ils ont nos encouragements. Nous avons tous besoin de nous aider. Et que les autres, nous autres, nous puissions bénéficier de quelque respect. Et du droit de tout citoyen à l’information.

•• Respect à la personne et à son libre choix responsable. Respect concernant tout droit à consommer, en respectant les règles, un produit légal. Droit, aussi, à l’information sur ce que l’on consomme. Lire la suite »

Oct 252019
 

La douloureuse est confirmée. Le prix des cigarettes va bien augmenter de 50 centimes ce 1er novembre. La énième hausse vers le billet de 10 euros (neuf précisément depuis l’arrivée de Macron).

Et comme vous ne verrez jamais une liste complète de prix affichée chez un buraliste, la voilà (lien).

Et merci à BFM d’avoir éclairé, en chiffres sonnants et trébuchants, ma lanterne sur le véritable objectif : vidons nos poches afin de mieux alimenter les caisses de l’État. Plus exactement, les comptes de la Sécurité sociale : quasi 16 milliards d’euros de recettes fiscales liées aux ventes de tabac fin 2020. Tout de même ! Lire la suite »

Août 182019
 

À la rentrée, il sera interdit de fumer devant les écoles bordelaises. Juste avant de rejoindre le Conseil constitutionnel, Alain Juppé avait accédé à l’exigence de l’inénarrable Michèle Delaunay par le biais de cette décision destinée à protéger nos chères têtes blondes du tabagisme passif et du mauvais exemple actif.

Et qui va certainement se répliquer de ville en ville. Les espaces, plages et parcs sans tabac poussent déjà comme des champignons. Fumeurs adultes et responsables, ces nouvelles restrictions ne nous choquent pas, elles ne nous gênent pas toujours.

Nous sommes tous d’accord pour ne pas représenter un quelconque « mauvais exemple » en fumant, en toute circonstance, sous les yeux des jeunes générations (même si l’on sait que la construction de leur représentation des dangers sanitaires et de leur échelle de valeur santé va se nourrir de multiples autres sources). Mais on se permettra de souhaiter deux choses : Lire la suite »