Déc 212022
 

Tiens, tiens … Nos institutions viennent de comprendre que les Français fument ! Pas besoin d’études pour le constater … il suffisait de descendre de son piédestal, de descendre dans la rue, de côtoyer les citoyens.

Au moins, les « grands manitous de la santé publique » ont des chiffres et nous aussi. 30 % de fumeurs réguliers, 25,6 % quotidiens (selon le baromètre de Santé publique France). Sans appel.

Pourtant, ils ont tout essayé … Le paquet le plus cher de l’Union européenne, le paquet neutre, les photos-choc, le « Mois sans tabac … on arrête ensemble » (qui ne convainc pas dans un pays aussi individualiste que la France). Ça ne marche pas.

Alors les experts dégainent des explications rationnelles à l’échec de leur stratégie pré-formatée sur le tabagisme :
les catégories « défavorisées » qui resteraient fermées aux messages de santé publique (des sous-développés, en somme)
les femmes (bien sûr des êtres faibles qui continuent à rechercher « des symboles de liberté »)
et puis la crise du Covid avec ses impacts psychologiques …

Si on suit cette logique, ce n’est pas demain la veille que le tabagisme va baisser : inflation, pression sur la consommation d’énergie, guerre en Ukraine … en 2022. Tout est là pour le stress.

Autre considération : il y aurait donc plus de classes défavorisées en France qu’au Royaume-Uni où la prévalence est à 13 %. Cherchez l’erreur de diagnostic !

La réalité, c’est que parmi les Français comptent bien un certain nombre d’irréductibles fumeurs : dont un certain nombre par goût, par plaisirtaba … Le changement ne passera ni par la leçon de morale, ni par la menace, encore moins par le matraquage fiscal mais par la compréhension du choix personnel de chacun.

Tolérance … Cela vous dit quelque chose ?

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)