Nov 102019
 

« Souvenirs, souvenirs … » Tel est le titre du dernier livre de Catherine Nay, figure du journalisme politique. Nous y avons repéré l’anecdote suivante (extrait).

Ayant appris que Jacques Chirac avait arrêté de fumer après son échec à la présidentielle (de 1988, ndlr), lui qui grillait Winston sur Winston (les cigarettes de Georges Pompidou »), je l’en félicitai : « vous devez vous sentir mieux, non ?

« Pas du tout ! Ça ne m’a rien fait » s’était-il esclaffé, « la cigarette ne me manque pas, mon souffle n’est pas meilleur et pour le poumpoum ça ne va pas mieux. En plus, figurez-vous que ma femme et ma fille ont mis des semaines avant de s’en apercevoir. »

« Là, je saisissais qu’il était vraiment déprimé (sic) ».

Nov 042019
 

Le Figaro a publié, la semaine dernière, les résultats d’une étude du think-tank Molinari, relativement bien reprise dans les médias, au titre sans ambiguïté : « La fiscalité sur les carburants et les cigarettes : comment l’automobiliste et le fumeur ont été transformés en vaches à lait ».

Selon le mode de calcul de l’institut Molinari, les taxes diverses et variées s’appliquant sur les cigarettes pèsent ainsi jusqu’à … 554 % du prix de vente hors taxe. Concernant le carburant, elles atteignent 166 % du prix hors taxe à la pompe pour le SP 95 et 141 % pour le gazole. Bien loin, donc, des 20 % de TVA pesant sur les biens de consommation.

•• Ces prélèvements, très ciblés, rapportent 60 milliards d’euros de recettes fiscales aux finances publiques : un chiffre sans commune mesure avec l’importance économique des produits concernés, selon le point de vue de l’institut Molinari. « C’est 21 % de la fiscalité totale des biens et services, alors que les carburants et le tabac représentent 3,6 % de la consommation totale des ménages » souligne encore Cécile Philippe, présidente de l’institut Molinari.

Dans les produits de la fiscalité :
• 14 milliards d’euros proviennent de la TVA,
• 33 milliards de la Taxe intérieure de Consommation sur les Produits énergétiques (TICPE),
• 13 milliards des Droits de Consommation sur le Tabac (DCT).

•• Aussi appelés « droits d’accises », rappelle l’institut, ces prélèvements ont leur fonctionnement propre. Pour le SP 95, la TICPE s’élève ainsi à 69 centimes le litre, dont 10 centimes au titre de la fameuse taxe carbone. Quel que soit le prix à la pompe, ces montants ne varient pas.

Concernant les cigarettes, c’est plus compliqué. Les DCT comportent un taux proportionnel (52,7 % à partir de ce 1er novembre), auquel s’ajoute une « part spécifique pour mille unités » (62 euros) et un « minimum de perception pour mille unités » de 297 euros. Lire la suite »

 Tagged with:
Avr 132019
 

Cette phrase d’Édouard Philippe – en pleine et laborieuse restitution des chiffres du Grand Débat national, lundi dernier (il faudra attendre le discours du Grand Chef pour savoir quelles décisions politiques vont sortir de ce Grand Bordel) – a de quoi nous faire sourire jaune.

Si l’on nous a imposé, ici en France, des prix officiels du tabac disproportionnés par rapport à la moyenne de nos moyens … c’est bien parce que l’on voulait « nous dire » d’arrêter de fumer. Oui ou non ?

Et maintenant, le Premier ministre nous laisse entendre que le principe des taxes comportementales – il s’agit bien de cela – est à remettre en cause. Même s’il ne devait penser qu’au carburant, en l’occurrence.

Mais chiche !

Et l’on reste confondu par la légèreté avec laquelle tout cela est traité.

Encore un petit tour de Gilets Jaunes … et Agnès Buzyn va nous sortir une enquête sur le vrai impact de la sur-fiscalisation du tabac. Sur le plan comportemental.

Je rêve …

Jo Bazizin

Oct 092018
 

Il aura fallu l’inquiétante prolifération des rats pour que la Ville de Paris change de fusil d’épaule …

Autour du Parvis de Notre-Dame et des jardins voisins, une vingtaine de poubelles est en cours d’expérimentation depuis le 11 octobre. Un modèle carré, fermé par plaques en plexiglas en métal ouvragé afin d’empêcher les rats, attirés par les déchets alimentaires, de déchirer les sacs plastique des corbeilles. Et ça ne manque pas dans cette zone touristique.

Mais, il y a aussi une autre nouveauté : un cendrier, un vrai. Commentaire d’un employé municipal : « Je ne sais pas si elles sont efficaces. J’ai découvert un rat dans une des nouvelles corbeilles de rue. Par contre, je trouve moins de mégots car elles sont équipées de cendriers et les gens n’ont plus peur de mettre le feu aux poubelles ». Tiens, tiens …

Oct 082018
 

Une rubrique pratique afin d’éviter de tomber sous la coupe des hygiénistes pourfendeurs d’atteinte à la liberté individuelle. Le site seloger.com répond clairement : non, un propriétaire ne peut pas vous interdire de fumer dans son appartement.

•• S’il est précisé dans l’annonce que le locataire doit être non-fumeur, pas de panique. Nous ne sommes pas aux États-Unis. Conformément à la loi du 6 juillet 1989, toute clause d’un bail de location qui viendrait interdire à un locataire de fumer chez lui serait considérée comme abusive. Et si vous avez déjà signé le bail, pas de stress : cette clause est réputée non écrite, c’est-à-dire qu’elle est « nulle et sans effet ». Bref, la loi ne prévoit aucune restriction à la consommation de tabac dans la sphère privée. Lire la suite »