Sep 012017
 

Jeanne Moreau chantait le « tourbillon de la vie ». Notre nouveau président et son gouvernement « à la botte » nous emballent dans leur tourbillon du « on ne fait pas les choses en cent jours » mais nous assènent, dès le 1er janvier 2018, une hausse de la CSG de 1,7 point pour tous (sans contrepartie immédiate sur les charges sociales) et une hausse de 1 euro sur le prix du tabac ! 

On est endroit de penser que leur empathie va plutôt au portefeuille des citoyens … lesquels d’ailleurs les sanctionnent dans les sondages.

De toute façon, un Président qui vous dit « je crois en la reconstruction d’un héroïsme politique pour atteindre ce qui est compris comme impossible » … on peut s’en méfier.

Que notre jeune Président puisse souhaiter « que la génération à naître soit une génération sans tabac » pendant sa campagne électorale, c’est de bonne guerre. Mais qu’Emmanuel Macron dans son vent de « transformation profonde » utilise la recette, vieille comme Hérode, … du prix, c’est franchement décevant, pas moderne, ni sympa pour le fumeur adulte, responsable et qui ne va pas s’approvisionner à Barbès ou à Andorre. Pas encore.

Sophie Adriano

Mai 152017
 

Jour de passation de pouvoir présidentiel ce dimanche 14 mai. Au-delà de nos idées et choix politiques, les fumeurs s’inquiètent et ont de quoi. Vu qu’ils se prennent une dernière (même petite) hausse ces jours-ci et qu’ils ont en perspective un paquet à dix euros.

•• Nous sortons d’une politique coercitive menée à la baguette par la ministre de la Santé de François Hollande pendant cinq ans.
• Affichage sur les interdictions de fumer ici et là, que les fumeurs responsables adoptaient déjà.
• Paquet neutre qui ne sert à rien pour le moment vu que les médias racontent partout que les ventes ne baissent pas. Suppression de marques au nom trop attractif …
• Disparition des informations sur les produits du tabac (composition, taux en nicotine, tabac bio ou pas, etc.).
• Et jusqu’au dernier moment, ces petites hausses sournoises du prix du tabac (cigarettes et tabac à rouler) alors que les politiques faisaient déjà leurs valises. En mars 2017 et là ces jours-ci. Tout cela, sans aucune information vis-à-vis du consommateur, simplement au gré d’articles de presse. Même si la hausse semble insensible (dix centimes en fonction de certaines marques), on prend les fumeurs pour des gogos. L’État chope les taxes, il n’y a que cela qui l’intéresse. Lire la suite »

Mar 052017
 

Un billet d’humeur publié, ce samedi 4 mars, dans Contrepoints et signé par Thomas Valmenier (étudiant) s’en prend à la dernière alarme médiatique, à la « nouvelle peur » : les agents endocriniens. Oui, tous les deux mois, il faut un nouveau sujet pour distraire le bon peuple, lui donner de petits frissons dans le dos, lui donner sa guerre, tout simplement. Comme avec le tabac … Extraits

« Rendez-vous compte ! Tous les jours, des millions de Français se lavent les cheveux, les dents, mangent … sans savoir qu’ils risquent leur vie. Et oui, tout est dangereux, tout est cancérigène : les savons et autres nettoyants, les aliments (gras, salés, sucrés, viandes, poissons), le tabac (n’oublions pas : le fumeur est doublement coupable en ses qualités de suicidaire et d’assassin).

« Nous avons résisté aux terroristes en dégustant une bière en terrasse, nous résisterons au cancer en arrêtant de manger et de nous laver.  Lire la suite »

Déc 082016
 

Rafraîchissante, cette interview de l’avocat pénaliste Éric Dupond-Moretti publiée dans Le Point de cette semaine. Avec des propos bien sentis dans lesquels on se retrouve pleinement. Extraits

•• Nous reprenons un premier extrait au moment où l’avocat est interrompu par un appel téléphonique : (le téléphone sonne : « Ouais mon camarade. Je vais chez l’hypnotiseur pour la clope et puis on se voit après … »)

• Le journaliste : L’hypnotiseur, ça fonctionne ?
Éric Dupond-Moretti : J’ai fait deux mois sans toucher une cigarette, un truc énorme pour moi qui ne reste pas une heure sans fumer. Et puis un soir de beuverie, j’ai basculé …

• Que pensez-vous de l’époque ?
E. D-M : Je me reconnais assez mal dans cette époque. Cette exigence de transparence que moi j’appelle la « transpercence », ces nouveaux juges qui sont devenus des justiciers, ces journalistes qui se prennent pour des flics, l’étiquette de vin sur laquelle il est écrit « À boire avec modération » comme si on ne le savait pas, le paquet de clopes qui vous rappelle que ça tue, les balances que l’on appelle les lanceurs d’alerte …Tout ça me fait profondément … (Il s’arrête) Je vous laisse le soin de mettre le verbe correspondant. Lire la suite »

Oct 252016
 

Dans une tribune des Échos, le sociologue Jean-Pierre Martignoni (Centre Max Weber, Lyon-II) imagine que le gouvernement pousse à son paroxysme le « principe de précaution », déjà appliqué au pied de la lettre avec l’arrivée des paquets neutres.

rouler tue« … Les 16 millions de fumeurs n’ont bien entendu guère d’arguments à opposer vu la dangerosité de la plante, régulièrement soulignée par les cancérologues. Le travail des débitants sera plus compliqué. Qui s’en soucie ? Les conséquences économiques sur les cigarettiers ? Qui s’en préoccupe ? Ces piliers de « l’industrie du vice » (alcool, tabac, jeux d’argent) ne sont pas en odeur de sainteté… même s’ils créent des emplois.

Jouer tue« La curieuse disparition du taux de nicotine et de goudron sur les paquets neutres constitue déjà un argument plus sérieux, comme l’augmentation probable du marché parallèle indiquant que nous sommes entrés dans une néoprohibition qui, historiquement, a toujours profité aux mafias, petites ou grandes.

Boire tue« Par ailleurs, l’opinion publique, qui n’est pas composée que de fumeurs, pourrait ne pas comprendre cette mesure extrême, dans un moment où le gouvernement ouvre de coûteuses et contestables salles de shoot et où Jean-Marie Le Guen et Terra Nova demandent haut et fort la légalisation et la dépénalisation du cannabis, comme si c’était une priorité nationale. Le pétard, oui, la clope, non !

« Cette absence de logique dans la politique de lutte contre les addictions avec substance, son caractère socialement et culturellement ethnocentré, risquent d’irriter nos concitoyens, déjà très remontés contre le président, le gouvernement, les socialistes, les élites…. Lire la suite »