Avr 132019
 

Cette phrase d’Édouard Philippe – en pleine et laborieuse restitution des chiffres du Grand Débat national, lundi dernier (il faudra attendre le discours du Grand Chef pour savoir quelles décisions politiques vont sortir de ce Grand Bordel) – a de quoi nous faire sourire jaune.

Si l’on nous a imposé, ici en France, des prix officiels du tabac disproportionnés par rapport à la moyenne de nos moyens … c’est bien parce que l’on voulait « nous dire » d’arrêter de fumer. Oui ou non ? Et maintenant, le Premier ministre nous laisse entendre que le principe des taxes comportementales – il s’agit bien de cela – est à remettre en cause. Même s’il ne devait penser qu’au carburant, en l’occurrence. Mais chiche !

Et l’on reste confondu par la légèreté avec laquelle tout cela est traité. Encore un petit tour de Gilets Jaunes … et Agnès Buzyn va nous sortir une enquête sur le vrai impact de la sur-fiscalisation du tabac. Sur le plan comportemental. Je rêve …

Jo Bazizin

Avr 022016
 

Thevenoud LivreThomas Thévenoud.

Vous savez, cet éphémère ministre vite débarqué pour avoir oublié de déclarer et payer ses impôts mais qui s’est vite dépêché de reprendre son siège de député.

Au détour de son livre qui vient de sortir (« Une phobie française », chez Grasset) on apprend qu’il avait été convoqué à Bercy, le soir même de son premier (et unique) conseil des ministres, pour y être reçu par Christian Eckert.

Lequel lui énumère les retards de déclarations et de paiements du couple Thévenoud dans une ambiance … « whisky et cigarillos ». Au ministère. Qui mieux est, dans le bureau du ministre.

Faites ce qu’ils disent et non pas ce qu’ils font !

Nous aussi, ça nous ferait plaisir de convoquer un collègue au bureau, de temps en temps, en fumant et un verre à la main. Même si c’est pour lui annoncer qu’on a de quoi le conduire à la démission.

Jo Bazizin

Août 042015
 

Gaspard Gantzer ElyséePubliée dans Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce lundi 3 août, cette petite phrase nous a paru bien révélatrice d’une France telle qu’elle est dans ses conversations de tous les jours, malgré ce climat de stigmatisation des fumeurs que l’on nous inflige avec lourdeur.

Cela se passe au ministère de l’Intérieur et une conseillère explique au journaliste en quoi le cabinet reste sous pression en cette période de congés : « dans notre secteur, il se passe toujours quelque chose, difficile de s’arrêter complètement. C’est comme quand vous voulez allumer une clope alors que vous attendez le bus. C’est forcément à ce moment-là qu’il arrive ». Parole typique de fumeur. Bel exemple de stress professionnel. Et suggestion implicite de la façon d’y échapper un moment. Lire la suite »

Mar 252015
 

Retour sur le cigare de Manuel Valls, allumé ce dimanche 22 mars, au premier tour des élections départementales, dans son bureau à Matignon. Car Le Figaro va encore plus loin sur la scène qui s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement. Étaient présents Najat Vallaud-Belkacem (Éducation), Laurence Rossignol (Famille), Emmanuel Macron (Économie). Et Marisol Touraine (Affaires sociales et santé).

Satisfait de ces résultats, « très calme, très serein, très posé » selon un ministre, Manuel Valls allume alors un «gros cigare» et certains membres du gouvernement l’imitent en sortant leur paquet de cigarettes. On voudrait bien savoir qui ?

Le bureau du premier ministre a beau être très spacieux, la pièce devient, assez rapidement, très enfumée. « Ça ne sent pas très bon dans ce bureau », lâche alors Valls. En plaisantant, plusieurs ministres réagissent : « Attention, il y a la ministre de la Santé ! Elle est là ». Marisol Touraine leur  aurait répondu : « J’ai beau être ministre de la Santé, je ne peux que vous encourager à arrêter de fumer ».

Mar 072015
 

FRANCE2012-ELECTIONS-PS-LE FOLL-TEAMIl a esquivé, mais mollement … Au « Petit Journal » de Canal Plus, le 18 février, le ministre de l’Agriculture, l’ombrageux Stéphane Le Foll, s’est retrouvé mis à la question par Yann Barthes sur son addiction à la cigarette.

A l’écran, toute une série de photos où l’on devine ce proche de François Hollande, cigarette à la main ou aux lèvres. Mais avec de pudiques panneaux « fumer tue » pour cacher cet objet de tous les interdits.

Yann Barthes a même proposé au ministre d’en griller une petite sur le plateau… Il aurait mieux fait de l’interroger sur Marisol et son paquet neutre. On aurait peut-être rigolé.

Et Stéphane Le Foll aurait pu lui répondre qu’il fumait pour soutenir ce qu’il reste de la tabaculture française.

Jo Bazizin