Fév 182020
 

Après les mois « sans » (tabac, alcool), arrivent les mois « avec » (emmerdements) … Et l’arrivée d’un nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, n’y changera rien : il a été un fervent partisan du paquet neutre. 

•• Mars. C’est la dixième augmentation des prix du tabac depuis l’arrivée du président Macron.

On ne devait pas franchir la barre des 10 euros avant novembre de cette année. Et patatras, un fabricant a anticipé pour les autres… La Marlboro, c’est le billet direct et oubliez la petite monnaie … Pratique et dur à la fois.

•• Mai. Terminées les cigarettes au menthol, une espèce désormais en voie de disparition. Elles seront interdites à la vente le 20 mai.

Et là, ce n’est pas la faute à Macron mais à Bruxelles. Alors, pas la peine de courir chez un voisin européen, il n’y en aura pas non plus (sauf en Andorre et en Suisse). Ça ne touche peut-être pas tous les fumeurs, mais sur le principe. c’est rageant. Un peu comme Intervilles sans vachette.

•• D’autres mauvais coups bas ne sont pas à exclure. Les terrasses, par exemple. La campagne des élections municipales a vu émerger le débat de l‘interdiction des chaufferettes (trop coûteuses en CO2).

Les espaces sans tabac en plein air se développent même jusqu’au moindre petit village. Le prétexte : sensibiliser les parents fumant jusqu’à la sortie les écoles. Une occasion supplémentaire pour les « donneurs de leçon » d’épier nos moindres faits et gestes.

•• Le seul signal positif de cette année, c’est du côté des cendriers de rue. Désormais, l’objectif national c’est de collecter les mégots jetés au sol. Et là il n’est plus seulement question de verbaliser les incivilités mais bien de développer des moyens concrets et efficaces. Enfin … des cendriers.

Août 232019
 

Que cela soit à l’occasion du terrible incendie de Notre-Dame ou de l’un de ces feux qui émaillent tristement l’actualité estivale … les médias nous laissent toujours entendre qu’un mégot non éteint est à l’origine de la catastrophe. Avant tout. Plus que tout.

Surtout quand ils n’ont pas la moindre ombre de soupçon de preuves. Généralement, on présente les choses comme cela : « Tout ce drame pour une raison encore inconnue des enquêteurs … (le début de la phrase est énoncé, par le commentateur, sur un ton normal), enquêteurs qui n’excluent pas l’hypothèse d’un jet de mégot … (là, brusquement le ton monte et basta. Tout est dit). Encore un satané mégot ! Encore ces irresponsables de fumeurs ! Y’a le feu, c’est un mégot ! Y’a un mégot, faut couper la tête aux fumeurs !

•• Mon propos n’est pas d’excuser le comportement strictement imbécile de certains fumeurs, sans attention pour le mégot dont il se débarrassent n’importe comment, sans s’être assurés de son extinction parfaite. Il est vrai qu’il n’y a pas de cendriers adaptés, partout et tout le temps. Mais ce n’est pas une raison pour se comporter comme un abruti. Et les buralistes ont bien raison de mettre des affiches pour rappeler les fumeurs à leurs responsabilités, comme je l’ai vu l’autre jour dans le Var. Lire la suite »

Oct 232018
 

Lors d’une vente aux enchères, organisée samedi 20 octobre à l’hôtel Drouot (Paris), un fan de Johnny Hallyday s’est offert un mégot de cigarette, fumé par la star, pour la modique somme de 250 euros. 

N’ayant pas forcément les moyens de s’offrir les lots les plus chers, Hervé a jeté son dévolu sur un mégot de Gitanes, fumé par la star, adjugé à 250 euros (319 euros avec les frais). Un mégot mis en vente avec « un paquet de Gitanes Caporal terminé », jeté en même temps par Johnny et récupéré par un fan en 1996, précise le catalogue de la vente. « Je l’ai acheté pour qu’il soit plus près de moi, il l’a tenu dans les mains, l’a fumé. C’est de l’émotion pure que j’ai achetée », a expliqué l’acquéreur au Parisien.

Comme quoi un mégot peut connaître une seconde vie, n’en déplaise à nos gouvernants toujours prompts à taxer …

Oct 092018
 

Il aura fallu l’inquiétante prolifération des rats pour que la Ville de Paris change de fusil d’épaule …

Autour du Parvis de Notre-Dame et des jardins voisins, une vingtaine de poubelles est en cours d’expérimentation depuis le 11 octobre. Un modèle carré, fermé par plaques en plexiglas en métal ouvragé afin d’empêcher les rats, attirés par les déchets alimentaires, de déchirer les sacs plastique des corbeilles. Et ça ne manque pas dans cette zone touristique.

Mais, il y a aussi une autre nouveauté : un cendrier, un vrai. Commentaire d’un employé municipal : « Je ne sais pas si elles sont efficaces. J’ai découvert un rat dans une des nouvelles corbeilles de rue. Par contre, je trouve moins de mégots car elles sont équipées de cendriers et les gens n’ont plus peur de mettre le feu aux poubelles ». Tiens, tiens …

Sep 162018
 

On la voit venir de loin, la pimpante secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, avec ses velléités d’organiser non seulement la collecte … mais aussi le recyclage des mégots. 

Bien sûr qu’il y a encore trop de mégots jetés dans la nature ou sur l’asphalte. Entre incivisme et manque de cendriers. Et il est normal que le fumeur soit premier acteur de la collecte en laissant, autant que faire se peut, son mégot dans un lieu ou objet dédié à cela.

•• Mais là, Brune Poirson semble vouloir aller plus loin. Elle demande aux fabricants de mettre en place une filière « de responsabilité élargie du producteur ». Comme pour les emballages ou l’électroménager. C’est ainsi que l’on impose une éco-contribution sur ces produits pour financer leur « seconde vie ». Et qui dit éco-contribution dit répercussion du prix sur le consommateur. Histoire de le rendre responsable ! La rude pédagogie du porte-monnaie. Lire la suite »